La résiliation en cours d’année des contrats d’assurance : un guide juridique

Vous êtes nombreux à vous interroger sur la possibilité de résilier votre contrat d’assurance en cours d’année. Cette démarche, bien que possible dans certains cas, est soumise à des règles précises. Cet article se propose de vous éclairer sur les conditions et les modalités de cette résiliation anticipée.

Le principe de la résiliation annuelle

En matière d’assurance, le principe général est celui de la résiliation annuelle. Autrement dit, vous ne pouvez normalement mettre fin à votre contrat qu’à sa date d’échéance, en respectant un préavis qui est généralement de deux mois. Ce principe a pour but de garantir une certaine stabilité contractuelle, aussi bien pour l’assureur que pour l’assuré.

L’exception : la loi Hamon

Cependant, il existe une exception notable à ce principe : la loi Hamon, entrée en vigueur en 2015. Selon cette loi, vous avez désormais la possibilité de résilier votre contrat d’assurance habitation ou automobile à tout moment, après une première année d’engagement. Il suffit pour cela d’envoyer une lettre recommandée avec avis de réception à votre assureur.

Les conditions de la résiliation anticipée

Mais attention : cette faculté offerte par la loi Hamon n’est pas sans conditions. Tout d’abord, elle ne concerne que les contrats d’assurance couvrant les risques liés à des biens (automobiles, habitations…). Ensuite, elle n’est possible qu’à l’issue d’une première année complète de contrat. Enfin, il faut que le nouveau contrat que vous souhaitez souscrire offre des garanties au moins équivalentes à celles du contrat résilié.

A lire aussi  Suspension administrative du permis de conduire : tout ce qu'il faut savoir

L’intervention du nouvel assureur

Autre point important : selon la loi Hamon, c’est le nouvel assureur qui doit se charger des formalités de résiliation auprès de l’ancien assureur. Cela signifie que vous n’aurez pas à envoyer vous-même la lettre recommandée avec avis de réception ; c’est le nouvel assureur qui s’en chargera.

Les autres cas de résiliation anticipée

Au-delà de la loi Hamon, il existe également d’autres cas où une résiliation anticipée peut être envisagée : changement de situation personnelle ou professionnelle (déménagement, mariage…), augmentation injustifiée du tarif… Dans ces situations aussi, il convient généralement d’informer l’assureur par lettre recommandée avec avis de réception.

La prudence est toujours de mise

Même si ces dispositions peuvent faciliter la vie des assurés, il reste toujours essentiel d’être vigilant lorsqu’on envisage une telle démarche. Il ne faut pas hésiter à demander conseil à un professionnel du droit ou à lire attentivement les conditions générales et particulières du contrat avant de prendre une décision.

Pour conclure, même si le principe général est celui de la résiliation annuelle des contrats d’assurance, différentes lois et situations permettent aujourd’hui une rupture anticipée du contrat plus flexible. Cependant , chaque situation étant unique , il est fortement conseillé de se rapprocher d’un expert juridique afin d’éviter tout litige potentiel.